Vos questions sur le coaching

- L’accompagnement de particuliers dans leur développement personnel ou professionnel, activité appelée parfois coaching ; les résultats obtenus ou actions posées par le client restant de son entière responsabilité ; le coaching est proposée principalement via des séances téléphoniques, ou skype.
- L’accompagnement d’entreprises dans la mise en œuvre de boucle d’amélioration individuelle par prise en compte du facteur humain (impact du comportement individuel sur les missions collectives, en particulier dans le domaine de la sécurité), et de la boucle d’amélioration collective (organisation, et diffusion d’enseignements) - l’animation d’ateliers, séminaires et conférences, pour le compte de particuliers ou d’entreprises.
- Le coaching consiste à accompagner une personne, sans la conseiller, sans la former, sans prendre de décision à sa place, par un jeu de questionnement permettant l’éclairage de plusieurs points de vue (voir tous les articles proposés dans l’onglet « développement personnel »). - Cela concerne chaque personne qui se pose des questions face à des étapes clés de sa vie personnelle ou professionnelle, face à des obstacles ou des défis qui remettent en cause sa confiance en lui et ses modes opératoires classiques, des problématiques relationnelles, des projets qui exige de lui une réflexion poussée avant de remettre en question tout son environnement. Donc a priori, à un moment de sa vie, tout le monde peut avoir à recourir à un coach.
Ils peuvent parfois être complémentaires. La psychologie est néanmoins plutôt orientée sur les causes de la souffrance, le coaching s’attachant à l’avenir et aux objectifs recherchés. Le coaching est une démarche court terme, avec retour rapide sur engagement. Dans tous les cas, il s’agit de décider comment prendre en main le pilotage de sa vie.
Si l’on prend la métaphore du mécanicien voiture et du professeur d’auto école, le coach vous accompagne pour utiliser au mieux vos outils, talents, différences. Il ne peut pas « réparer » quelqu’un qui souffre d’une pathologie qui relèverait du domaine médical.
Plusieurs types de raisons peuvent entraver la progression : le client ne désire pas vraiment être coaché, ou mettre en œuvre les leviers qu’ils aura identifier, ou encore cette relation coach/coaché , comme pour toute interrelation, peut ne pas être optimale. Le client peut alors être réorienté vers un collègue, ou interrompre à tout moment son engagement.
Ma réponse est sans conteste « oui », cela ne vous étonnera pas : absence de stéréotype (automatisme du premier regard), priorité à l’écoute et l’introspection sans jeux sociaux, facilité logistique, absence de temps perdu dans les transports (et donc d’énervement !) et flexibilité, confort et possibilité de faire durer un état de relaxation, plus grand choix de praticiens sans tenir compte de la distance, et j’en passe…. Cela peut néanmoins ne pas convenir à certaines sensibilités. Il est toujours possible de se rencontrer au moins une fois
Les séances vont de 1h à 1h30. Leur espacement est fonction du projet et du besoin exprimé. En moyenne, une fois par semaine, sur 3 mois. Tout est décidé en commun dans le contrat de départ, et le client reste maître à bord.

Vos questions sur les Facteurs Humains

Dans une entreprise dont les décisions relèvent d’êtres humains, et non de robots, la prise en compte du facteur humain est une question majeure de sécurité et de performance La démarche relative au facteur humain a pour objectif d’analyser le comportement de l’être humain dans son environnement de travail (outils, procédures, collègues, équipe) en mettant en évidence les mécanismes clés de gestion du risque afin de contribuer à améliorer la sécurité en identifiant des actions correctives en termes de formation, d’interface homme-machine (redondances, alertes…), de diffusions de retours d’expérience…
Elle s’est développée, avec des succès variables, dans la plupart des industries à haut risque (transports, fluides, chimie, énergie, médecine, etc…) en visant une intégration de la « dimension non technique » dans la performance des systèmes hommes/machines, en particulier dans le domaine de la sécurité. Il s’avère que cette approche est optimisée si l’ensemble des acteurs, depuis les décideurs jusqu’aux opérateurs de première ligne, en passant par les concepteurs de système et de procédures et par l’encadrement, se trouve concerné. Il s’agit pour chacun de mesurer l’impact de son comportement individuel sur les missions collectives.
Concrètement, les facteurs humains (voir tous les articles proposés dans l’onglet idoine) interviennent dans les situations suivantes : - lorsque l’agent doit gérer ses ressources (ressources mentales, informations à sa disposition, connaissance, expérience) pour produire des décisions en temps réel, dans une situation dynamique. - lorsque l’agent est en interaction avec un ou plusieurs autres collègues ou partenaires. - lorsque l’agent est en interaction avec ses outils. Le domaine concerne toutes les reflexions sur l’ergonomie, les procédures, les formations, les profilages, la communication, la physiologie, la culture, etc… Vivavole ne se positionne que sur les formations, avec une forte expérience dans l’aéronautique.
S’adressant à une population active et compétente, Ils doivent combiner une partie théorique (pour le sens) à une partie pratique (études de cas, ateliers) pour tenter de se rapprocher le plus possible des activités métier. Les formations sont à la fois interactives et attrayantes, adaptées à tous les agents (opérationnels, analystes, managers), en fonction dès thèmes identifiés de concert avec un/des groupe(s) pionnier(s) issu(s) de l’entreprise elle-même. La co-animation est ensuite un gage de succès en facilitant la dynamique de groupe, la gestion des participants et en freinant la personnalisation des sujets
4 phases sont nécessaires et durent plus ou moins longtemps suivant la taille de l’entreprise, mais aussi, l’unicité de lieu, d’activité ou de cibles. => Une phase de conception, correspondant à l’explicitation des grands thèmes à retenir au regard des problématiques, le plan des contenus, et le besoin d’intégration d’agents à profils spécifiques. - agents de terrain - analystes d’évènements - responsables de la diffusion d’enseignements - concepteurs et chefs de projet - managers => Une phase de réalisation, correspondant à la production des supports, cette phase comprenant des sessions tests de chaque module, auprès d’un échantillon d’agents des divers profils => Une phase de formation qui consiste à faire découvrir, aux anciens animateurs et aux nouveaux volontaires, les nouveaux supports, leur permettre de se les approprier, répondre à leurs interrogations éventuelles, et leur faire partager autant que possible le cheminement intellectuel du développement, l’expérience acquise, et l’esprit des modules. => Une phase de déploiement sur les sites, en binôme avec les animateurs formés.
Tous les outils proposés ne fonctionnent que dans une entreprise organisée de façon à pouvoir se regarder travailler, poser des diagnostics et apporter des solutions durables. Il s’agit donc également de réfléchir à l’organisation nécessaire : => il convient de disposer ou mettre en place un système de détection/enregistrement des défaillances, un circuit de report des agents concernés, une capacité d’observation sur poste. Cela suppose également un retour vers ces mêmes agents des enseignements induits par les analyses. Ceci repose sur 2 principes simples : la confiance ET des réponses bienveillantes, systématiques et fermes aux divers reports et constats effectués => Il doit être possible de parler des incidents ouvertement et sans crainte de judiciarisation ou de blâme, lorsqu’il s’agit d’erreurs et de tentative d’adaptation à la situation sans volonté de nuire ; Ce que doit permettre l’anonymat déclaratif ; ce qui doit être le postulat de toute observation sur poste. => La qualité, l’objectivité et la neutralité de l’analyse, la recherche de solutions d’experts (et non de coupable ou de stigmatisation), la mise en œuvre effectives de celles-ci sont autant d’ingrédients indispensables pour boucler une boucle vertueuse collaborative. et qui reposent aussi sur la formation des analystes et des managers. => L’entreprise doit donc également disposer des leviers de réponse : actions sur les postes de travail, tours de services, procédures, formation, financement, stratégie, tout en ayant partagé sa vision globale sur le sujet…..
Une entreprise organisée de façon à pouvoir se regarder travailler, poser des diagnostics factuels et réalistes, et apporter des solutions durables, grâce à la sensibilisation de tous les agents à l’impact de son activité sur le collectif (chacun est à la fois le problème quand il fait des erreurs, et la solution quand il propose une adaptation) sera témoin en quelques années d’une très nette diminution du nombre d’évènements indésirables, d’une diminution de conséquences néfastes pour l’entreprise, d’une augmentation de la performance, et d ‘une augmentation des reports des agents de terrain, tous ces ratios tendant vers 80%.

Vos questions sur L'Hypnose

C’est une modification de l’état de vigilance, un état naturel, que l’on atteint lorsque l’on rêvasse, au cours d’une tache monotone (conduire la voiture ou laver la vaisselle ….), quand notre esprit prend un chemin de traverse, ou un état que l’on choisit d’atteindre, très similaire à la relaxation ou la méditation. Dans un cas, il s’agit de « lâcher prise », dans l’autre de vivre une aventure imaginaire où tout est possible pour transformer sa vie. Trois composantes ont été identifiées dans la phase hypnotique : - l’absorption, qui favorise les détails au détriment de la vision d’ensemble (loupe) - la suggestibilité, qui empêche la faculté critique - la dissociation, état de transe, où les informations sont traitées sans les filtres habituels.
Différents types de personnalité ont été identifiés en fonction de leur prédisposition naturelle à la transe et au franchissement des 3 étapes décrites dans la question précédente. Ainsi les personnes qui pleurent facilement devant un film (ou, pourtant, rien n’est réel !) sont les personnes qui atteignent le plus aisément l’état hypnotique. Très sensibles, elles sont également fortement soumises au stress et facilement influençables. Les plus rationnels auront besoin de plus d’explications sur le protocole pour être rassurés avant de se laisser aller. Le bon coté est qu’ils ne tomberont pas facilement dans les pièges publicitaires. Et au milieu, navigueront ceux qui cherchent un équilibre entre le monde intérieur et les influences de l’environnement. Tous ceux qui le souhaitent peuvent passer en onde cérébrale alpha. Et il n’est pas possible de faire faire quoi que ce soit qui aille à l’encontre de vos valeurs morales.
Le cerveau est le grand ordonnateur de toutes nos émotions, de toutes nos sécrétions, et donc de toutes nos interactions avec le monde et avec notre corps. Il n’a pas besoin que ce soit « vrai » pour entrer en action. Alors que les résultats, eux, sont bien réels. "Que l'objet de votre croyance soit vrai ou imaginaire, vous obtiendrez le même résultat." Aurait dit Paracelse vers 1500. La psycho-neuro-immunologie fournit maintenant le cadre théorique explicatif de ce lien esprit/corps. Dès la transe légère, il est déjà extrêmement facile de se relaxer et de reprendre confiance (compétition), de changer ses émotions et retrouver de l’énergie, d’atténuer voire abolir ses douleurs ( si cela est opportun, car certaines ont une utilité d’alarme), de corriger ses croyances (et affronter des défis), de se débarrasser de sacs à dos trop lourd (pardon ou deuil d’une personne , d’une idée, ….), de surmonter des maladies puisque l’on sait la puissance du mental dans la guérison , de dépasser des phobies ou des allergies, de se débarrasser d’addiction.
Elle aura lieu en présentiel, contrairement au coaching qui se fait majoritairement à distance. D'abord un contrat de la personne vis à vis d'elle même: son intention, que souhaite-t-elle? ; Ensuite un voyage relaxant d'une quarantaine de minutes sous la voix du conteur et de métaphores symboliques; Une conversation tranquille pour libérer ses rêves, comme le ferait un enfant, et sans avoir besoin de revivre des situations éprouvantes. A la sortie, la personne reprend possession de l'espace et du temps, avec des nouvelles expériences et du happy end enregistré par son cerveau. Les conditionnements négatifs sont remplacés et tout devient possible à qui le souhaite.

Vous ne trouvez pas la réponse à votre question ?

Contactez-nous